Histoire / Le président / La présidence / Assemblée nationale 

Histoire

Les Présidents de l'Assemblée nationale depuis 1789

Assemblée nationale constituante

(1789 - 1791)

Assemblée nationale législative

(1791 - 1792)

Convention nationale

(1792 - 1795)

Directoire : Conseil des Cinq-Cents

(1795 - 1799)

Consulat et Premier Empire : Corps législatif

(1800 [an VIII] -1814)

Restauration : Chambre des députés des départements

(1814 - 1815)

Cent-Jours : Chambre des représentants

(1815 - 1815)

Restauration : Chambre des députés des départements

(1815 - 1830)

Monarchie de Juillet : Chambre des députés

(1830 - 1848)

Deuxième République : Assemblée nationale constituante

(1848 - 1849)

Deuxième République : Assemblée nationale législative

(1849 - 1851)

Second Empire : Corps législatif

(1852 - 1870)

Assemblée nationale

(1871 - 1876)

Troisième République : Chambre des députés

(1876 - 1940)

Assemblée consultative provisoire d'Alger

(1943 - 1944)

Assemblée consultative provisoire de Paris

(1944 - 1945)

Première Assemblée constituante

(1945 - 1946)

Seconde Assemblée constituante

(1946 - 1946)

Quatrième République : Assemblée nationale

(1946 - 1958)

Cinquième République : Assemblée nationale

(depuis 1958)


L'hôtel de Lassay

Résidence du Président de l'Assemblée nationale

Louise-Françoise, « légitimée de France », fille de Louis XIV et de Mme de Montespan, avait épousé Louis, Duc de Bourbon, petit-fils du Grand Condé. Veuve à trente-sept ans, elle se lia à Armand de Madaillan de Lesparre, Marquis de Lassay. Le Marquis de Lassay avait acquis une portion de terrain sur la rive gauche en 1719 et persuada la Duchesse de Bourbon d'y faire construire un palais dans le goût du Grand Trianon ; il avait posé une simple condition : « je demanderai aux architectes quelques moments perdus pour élever furtivement auprès du Palais-Bourbon, un hôtel petit, simple, modeste dont le mérite sera pourtant de rappeler, comme le strass donne l'idée du véritable diamant, le séjour de ma princesse ».

Les travaux commencèrent en 1722. Lassay avait choisi l'architecte Giardini ; mort la même année, il fut remplacé par Cailleteau, dit Lassurance, qui devait décéder deux ans plus tard. Jean Aubert prit la succession. La construction était terminée en 1728.
A la différence du Palais-Bourbon, l'Hôtel de Lassay ne comprenait qu'un seul corps, sans ailes ; il était précédé, non pas d'une cour d'honneur, mais d'une longue avenue, plantée de marronniers et bordée de bâtiments -à droite, cuisines et communes, à gauche, écuries et remises- et se terminant par une simple cour.

On entrait dans l'Hôtel par un vestibule qui s'ouvrait sur un grand salon donnant sur la terrasse du côté de la Seine. A droite et à gauche, les appartements étaient composés de quatre chambres principales, avec antichambres et cabinets particuliers. Le joyau était la grande galerie qui occupait toute la profondeur, c'est-à-dire onze mètres, et dans laquelle Lassay exposait sa précieuse collection de toiles des écoles Flamande, italienne et espagnole.

A la mort du Marquis en 1738, son fils -qui aurait été aussi l'amant de la Duchesse !- hérita de l'Hôtel. Sa veuve, qui ne l'habitait pas, le donna à son petit neveu, Louis-Léon de Brancas, comte de Lauraguais, auquel le Prince de Condé, qui occupait le Palais de sa grand-mère, la racheta pour en faire son « château ». Il y fit exécuter d'importants travaux de décoration intérieure, notamment dans la grande galerie qu'il consacra à la gloire du Grand Condé.

Bien qu'il ait émigré dès le 18 juillet 1789, Condé faisait encore procéder à des travaux en 1790.
Tous ses biens furent confisqués en 1791 et l'Hôtel de Lassay fut affecté, en 1794, à l'Ecole centrale des travaux publics, future Ecole polytechnique. La grande galerie fut transformée en amphithéâtre et plus salons en salle de classe.

Condé récupéra l'Hôtel à son retour d'émigration et le loua à la représentation nationale. Celle-ci put l'acquérir en 1843, le Conseil de tutelle du Duc d'Aumale ayant décidé de le vendre. L'Hôtel de Lassay, après d'importants travaux et notamment l'exhaussement d'un étage devient alors la résidence du Président de l'Assemblée nationale.