Discours et remise des trophées du Prix Territoria 2018

Clôture de la remise des prix Territoria

Mardi 27 novembre 2018

SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

 

Madame la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chère Jacqueline Gourault,

Madame la présidente de Territoria et vice-présidente du Sénat, chère Catherine Troendlé,

Mesdames et messieurs les parlementaires, chers collègues,

Mesdames et messieurs les élus,

Mesdames, messieurs,

Chers amis,                                             

Je suis particulièrement heureux que l’Assemblée nationale accueille, pour la première fois, la remise des prix Territoria.

On me dit que c’est probablement lié à des travaux qui auraient lieu au Petit Luxembourg. Mais je veux surtout y voir un signe encourageant. Ce prix a été créé en 1986, dès la mise en place de l’Observatoire Territoria, pour recueillir, valoriser et diffuser les initiatives des collectivités territoriales en France – et, depuis 2006, en Europe –, afin qu’elles deviennent les « bonnes pratiques » de demain.

Depuis 1999, le prix Territoria était remis au Sénat. Dix-neuf années plus tard, enfin adulte et émancipé, il ose venir jusqu’au Palais-Bourbon.

Remarquable exploit, aucune collectivité bretonne n’a été nommée dans l’une de vos dix-neuf catégories. Nul Territoria d’or, d’argent ou de bronze. Tout juste une cuiller de bois …

Première hypothèse : les organisateurs voulu ainsi démontrer leur totale indépendance d’esprit. Ce n’est pas en mettant à leur disposition la galerie des Fêtes de l’hôtel de Lassay que l’on peut les amadouer : soyez donc félicités pour ce caractère incorruptible qui frise le robespierrisme.

Seconde hypothèse et certainement la bonne : la modestie atavique des Bretonnes et des Bretons. Les collectivités de Bretagne agissent, innovent, mais sans bruit et sans oser candidater … Je ne manquerai pas de les inciter à revenir vers vous l’année prochaine.

Garges-lès-Gonesse trois fois récompensée ce jour, le département des Vosges avec son Territoria d’or et un autre de bronze, peuvent donc trembler : je ne manquerai pas d’inciter Motreff, le Morbihan et même Saint-Brieuc ou Saint-Malo à venir se mêler à la lutte pour accéder au tableau d’honneur.

J’ai écouté les élus, j’ai eu écho des paroles prononcées par les heureux lauréats de ce soir. Certains ont évoqué la chance, d’autres ont exprimé toute leur gratitude. Ne soyez pas trop modestes, la chance n’existe pas plus que le hasard : c’est le travail qui paie et vous en avez fait preuve ! 

Il est tellement plus simple de reproduire les vieilles routines …Mais il y a ceux qui osent innover.Depuis plus de trente ans, votre Observatoire et ses partenaires récompensent, mais surtout donnent à voir la capacité d’initiative, l’inventivité des collectivités territoriales.

Et si certains craignent que les innovations territoriales publiques ne soient qu’un affichage, qu’un effet de mode, qu’un supplément d’âme, votre Observatoire démontre au contraire quel’innovation est dans l’ADN des Territoires.

La décentralisation a libéré des énergies et, à titre personnel, je ne doute pas un instant que la différenciation constituera une nouvelle étape, qui permettra aux collectivités d’innover plus encore et d’oser enfin être elles-mêmes, c’est-à-dire des territoires de projets.

Je ne doute pas un instant que les 500 000 élus locaux, les presque deux millions de fonctionnaires territoriaux, nos soixante millions de concitoyennes et de concitoyens ont toutes les capacités, les aptitudes, les aspirations à trouver tous les jours des solutions concrètes, opérationnelles, mais aussi collaboratives et même coopératives.

Un « jardin des Utopies » ici ; le projet « Construisons ! » du conseil départemental de l’Isère qui pousse ses agents à user de créativité ; la mobilisation de griots en Guadeloupe, à Grande-Terre ; un mini-centre commercial à Hem …

Je ne veux pas les citer tous, mais ce début de palmarès 2018 montre que tout peut être support à innovation.

Le génial Picasso disait que « chaque enfant est un artiste.
Le problème c’est de rester un artiste lorsqu’on grandit ». Les collectivités locales restent jeunes, et c’est tant mieux ! Je vous invite, lauréats d’aujourd’hui et de demain, à cultiver cette créativité, cette jeunesse, cette innovation, cette disruption même !

On a beaucoup parlé, la semaine dernière, d’une prétendue lassitude des maires.Parlons aussi des petits bonheurs, des heureuses réussites, des aventures collectives, que l’on vit quand on est élu, quand on est fonctionnaire territorial.

Parlons aussi de la reconnaissance qui, parfois, oui, arrive enfin, comme c’est le cas ce soir.

Oui, œuvrer au quotidien à renforcer le lien social, concevoir la revitalisation d’un quartier ou imaginer des transitions environnementales, citoyennes, numériques, c’est passionnant !

Être élu, c’est avoir la passion d’agir et de transformer : c’est pourquoi ce n’est pas un métier, mais un mandat, et j’ajouterai : une mission.

Merci à toutes et à tous d’avoir montré avec talent vos petites et grandes réussites, qui ont parfois été précédées de quelques échecs, comme toutes les grandes œuvres. Qu’importe les tâtonnements des débuts,c’est le résultat qui compte et nos concitoyens ne s’y trompent pas : ils préfèrent toujours les élus qui osent à ceux qui causent. 

Madame la Présidente, chère Catherine Troendlé, un jour les travaux finiront au Petit Luxembourg. Et viendra l’heure terrible décider si vous réintégrez le nid familial, qui vous a vu grandir, ou si vous vous installez à Lassay.

Je m’en voudrais de priver le Sénat et son président Gérard Larcher du bonheur de vous recevoir, mais sachez que l’Assemblée vous sera toujours grande ouverte. Surtout si vous consentez enfin à récompenser les talents bretons …

Chers lauréats, je vous présente toutes mes félicitations pour les lauriers obtenus ce soir. Et n’hésitez pas à dire partout, à Angoulême, à Bordeaux, dans la Creuse comme dans l’Isère, à Belfort comme dans les Yvelines, à quel point Territoria et l’Assemblée nationale ont su reconnaître la valeur de votre action – votre valeur !

Bravo et merci à tous.