Décision Bureau de l'Assemblée nationale du 08 novembre 2017 - Immunité parlementaire / Communiqués de presse / La présidence / Assemblée nationale 

Décision Bureau de l'Assemblée nationale du 08 novembre 2017 - Immunité parlementaire

Réuni ce jour, le Bureau de l’Assemblée nationale, a adopté la décision suivante :

Le Bureau de l’Assemblée nationale,

Vu l’article 26, alinéa 2, de la Constitution ;

Vu l’article 9 bis de l’ordonnance n° 58 1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires ;

Vu l’article 16 de l’instruction générale du Bureau ;

Vu la lettre du 4 octobre 2017 par laquelle la Garde des Sceaux, ministre de la justice, transmet une requête du procureur général par intérim près la cour d’appel de Versailles en date du 26 septembre 2017 concernant Mme Marine Le Pen, députée,

Sur le rapport de sa délégation compétente ;

Rappelle que le Bureau ne se prononce ni sur la qualification pénale, ni sur la réalité des faits invoqués dans la demande d’autorisation de mesures privatives ou restrictives de liberté formulée à l’encontre d’un député mais doit simplement apprécier le caractère sérieux, loyal et sincère de la demande ;

Considérant qu’en application de l’article 9 bis de l’ordonnance du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, la demande d’autorisation doit précisément décrire les mesures envisagées ainsi que les motifs invoqués ;

Considérant que le juge demande la levée de l’immunité parlementaire de Mme Le Pen afin de délivrer à son encontre un mandat de comparution puis, le cas échéant, un mandat d’amener, sur le fondement de l’article 122 du code de procédure pénale, afin de procéder à son interrogatoire de première comparution ;

Considérant que les mesures envisagées apparaissent suffisamment précises et motivées ;

Considérant toutefois que si la délivrance d’un mandat d’amener constitue une « mesure restrictive de liberté » au sens de l’article 26 de la Constitution, tel n’est pas le cas de la délivrance d’un mandat de comparution ; qu’il suit de là que l’autorisation du Bureau n’est requise que pour autoriser le juge à délivrer un mandat d’amener ;

Considérant que la demande du juge en tant qu’elle porte sur la délivrance d’un mandat d’amener présente un caractère sérieux, loyal et sincère ;

Autorise en conséquence le juge à délivrer un mandat d’amener à l’encontre de Mme Le Pen, dès lors qu’il apparaîtrait nécessaire pour le contraindre à assister à son interrogatoire de première comparution.